5 symptômes de la plus mystérieuse des maladies féminines : l’endométriose

L’endométriose est une maladie chronique de l’endomètre, les tissus de l’utérus. Ses formes sont multiples et aucune théorie n’explique à l’heure actuelle pourquoi elle revêt autant de formes. L’endomètre épaissi d’une manière tout à fait normale sous l’effet des hormones en vue de préparer une éventuelle grossesse. S’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et provoque des saignements : les règles. Mais dans le cas de l’endométriose, des cellules migrent via les trompes et se développent en dehors de l’utérus pour former des kystes, des lésions ou des adhérences. Quels sont ses symptômes ?

  1. Les douleurs gynécologiques

La douleur est le principal symptôme de la maladie. Selon la forme, ce sera au moment de l’ovulation, des règles, des rapports sexuels, de la défécation … Lors des crises, aucun antalgique ne soulage à moins d’être très puissant. L’endométriose devient alors invalidante, partiellement ou totalement selon les femmes durant plusieurs jours. Il est très important de prendre rendez-vous dans une clinique privée en gynécologie  pour ne pas retarder le traitement. Actuellement, la maladie est décelée avec trop de retard.

  1. Les symptômes digestifs

L’endométriose peut atteindre l’intestin, le colon et le rectum. Les symptômes se manifestent alors par une alternance entre diarrhées et constipation pendant la période des règles. Plus rarement, on trouvera du sang dans les selles. Le diagnostic est ici plus complexe, car les symptômes sont communs à plusieurs maladies par exemple le côlon irritable, la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique.

  1. Les symptômes de l’infection urinaire

Si la vessie est touchée, les douleurs seront pelviennes et urinaires, avec une difficulté à vider sa vessie. À l’instar de l’infection urinaire, on ressent une envie fréquente d’uriner. Parfois, on trouvera aussi du sang dans les urines.

  1. La fatigue chronique

Pour compenser la douleur, le corps a tendance à puiser l’énergie dans ses réserves, d’où la fatigue aggravée par des réveils nocturnes parce qu’on a envie d’aller aux toilettes ou parce qu’on a mal…

  1. Les douleurs lombaires

Les adhérences sont à l’origine de la rétractation des tissus responsables de douleurs intenses dans la région lombaire, la zone du petit bassin étant très innervé. Le problème dans ce cas est que le cerveau conserve la mémoire de la douleur, si bien qu’une fois les lésions retirées par la chirurgie, on aura quand même mal. Un traitement de la douleur sur le long terme devra alors être entrepris avant qu’elle disparaisse.

Post Author: Coco